Seitch, la Péon

Par Shandrile, créé le : 2012-03-19 21:29:27
et modifié la dernière fois le : 2013-04-02 22:29:17
Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online Et voila, encore un lit que je ne connais pas... L'alcool des nains et des elfes ne fait pas bon ménage dans le même estomac, mon maître me l'avait bien dit mais... Bah! Peu importe. Ma situation ne changera pas pour autant. Ma mission reste la même, je dois intégrer le front, le conseil le veut et j'ai accepté promptement. Je ne serai jamais éclaboussée par la gloire si je ne purge pas moi même les terres du nord. Tout a mes réflexions je m'habillai prestement, le tribun m'attendait et il ne faisait pas bon de le faire attendre. Dehors le soleil brillait et sa chaleur était un réconfort pour moi, c'était peut-être la dernière fois que je pourrai le contempler en profitant du spectacle, la fumée des champs de bataille aurait sûrement tendance à briser le charme. Arrivée aux appartements du tribun je filai droit et d'un pas léger me dirigeais vers son bureau. Il me tardai d'avoir mon affectation, je retenais mon excitation et frappais...

Et voila, encore un lit que je ne connais pas... L'alcool des nains et des elfes ne fait pas bon ménage dans le même estomac, mon maître me l'avait bien dit mais... Bah! Peu importe. Ma situation ne changera pas pour autant. Ma mission reste la même, je dois intégrer le front, le conseil le veut et j'ai accepté promptement. Je ne serai jamais éclaboussée par la gloire si je ne purge pas moi même les terres du nord.

Tout a mes réflexions je m'habillai prestement, le tribun m'attendait et il ne faisait pas bon de le faire attendre. Dehors le soleil brillait et sa chaleur était un réconfort pour moi, c'était peut-être la dernière fois que je pourrai le contempler en profitant du spectacle, la fumée des champs de bataille aurait sûrement tendance à briser le charme.
Arrivée aux appartements du tribun je filai droit et d'un pas léger me dirigeais vers son bureau. Il me tardai d'avoir mon affectation, je retenais mon excitation et frappais...

-Entrez!! Ah Seitch, vous êtes en retard!
-"Merde". Cette pensée ne dépassa jamais mes lèvres mais allez savoir pourquoi son regard réprobateur m'aurait fait jurer que si.
-Bien maintenant que vous êtes là j'irai droit au but, vous irez chez les nains. Leur aide nous est précieuse aussi devons nous y envoyer quelques hommes... ou femmes pour les épauler dans leur guerre contre les peaux verte.
-Mais seigneur le Chaos ne soumet pas encore sa volonté là-bas, je ne serai d’aucun secours et...
-Détrompez vous! Ce choix ne m'incombe pas. Ceci est une réclamation des nains eux-mêmes. Depuis quelques temps déjà il n'est pas rare de croiser des hérétiques et autre infidèles dans le feu des combats. C'est pour cela que les Nains réclament l'aide de l'Inquisition et de ses chasseurs de Blasphémateurs.
-Excusez-moi Seigneur on ne m'avait jamais fait état de la situation actuelle chez les nains. Mais je ne suis qu'une aspirante, suffirai-je pour repousser le fléau?
-Ne soyez pas stupide, vous n'êtes pas la première que j'envoie là-bas et vous ne serez pas la dernière. Je dois conserver l'élite des Répurgateurs pour nos frontières. Vous vous ferez la main sur des peau verte ce devrait être suffisant pour tester vos talents de bretteur et lorsque vous aurez acquis une solide expérience du combat, vous serez alors en mesure de supprimer les premiers fanatiques que vous croiserez, cela fait vous ne serez plus un simple aspirant.
-Merci Seigneur. Une fois sur place, qui sera mon contact ?
-Huhu... Vous n'aurez aucun contact. Vous serez lâchée dans la nature, libre de vos choix. Pour l'Empire et pour l'Inquisition vous irez seule et vous participerez à l'effort de guerre. Mais l'Inquisition vous regarde. Vos actes nous serons rapportés alors ne vous reposez pas sur vos lauriers, la paresse est le premier pas vers les ténèbres... Vous pouvez disposer, Répurgatrice Seitch.
-Merci Seigneur je saurai me montrer digne de la confiance que vous placez en moi ! Dis-je, non sans fierté. Et je me répétai en souriant.
-Répurgatrice Seitch...
Ces mots sonnaient à mes oreilles.
-Alors à ses yeux je ne suis déjà plus une novice...

Je regagnai l'auberge à grands pas pour faire mon paquetage et partir au plus vite. Une fois sur place je regardai longuement la gravure a l'effigie de mon ancien instructeur, celui qui m'avait choisie moi, la fille de paysan, le premier qui ai cru en moi... mort au combat. La mort qu'il espérait. Je ne pense pas que quelqu'un puisse se vanter de n'avoir perdu personne dans ce grand conflit. Nous avons tous perdu un être qui comptait.
-Maintenant, maître, c'est moi qui vais faire le travail. Dis-je dans un murmure.
D'un geste vif j'attrapai le flacon de liqueur Elfique qui se trouvait pourtant hors de mon champ de vision et le vidait d'un trait.
Je me levais d un coup et pris la porte sans me retourner, laissant finalement mon bagage et ne prenais avec moi que mes effets. Ainsi mon pistolet et ma rapière seraient mes seuls bagages... Et mes meilleurs amis.

Partager
Dans la même catégorie
  • publié le 2012-03-19 21:32:25 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Très jeune déjà, à l'aube de mes 58 ans je pris une grande décision qui renversa toute ma destinée. En effet pendant les manoeuvres des bataillons de guerriers elfes je me suis cachée à plusieurs reprises à la lisière des bois pour observer la vie de ces hommes et de ces femmes qui sacrifiaient leur vie pour notre peuple.

    Il y avait des jeunes, fiers et pourtant le regard plein d’incertitude. Étaient à coté d'eux des elfes vétérans, rompus au combat. Ils étaient faciles à reconnaître avec leurs armures sales et abîmées. Certains même avaient tellement voyagé qu'ils portaient quelques pièces encore dépareillées sans doute même d'une facture humaine voire naine.
  • publié le 2012-03-19 21:29:27 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Et voila, encore un lit que je ne connais pas... L'alcool des nains et des elfes ne fait pas bon ménage dans le même estomac, mon maître me l'avait bien dit mais... Bah! Peu importe. Ma situation ne changera pas pour autant. Ma mission reste la même, je dois intégrer le front, le conseil le veut et j'ai accepté promptement. Je ne serai jamais éclaboussée par la gloire si je ne purge pas moi même les terres du nord.


    Tout a mes réflexions je m'habillai prestement, le tribun m'attendait et il ne faisait pas bon de le faire attendre. Dehors le soleil brillait et sa chaleur était un réconfort pour moi, c'était peut-être la dernière fois que je pourrai le contempler en profitant du spectacle, la fumée des champs de bataille aurait sûrement tendance à briser le charme.
    Arrivée aux appartements du tribun je filai droit et d'un pas léger me dirigeais vers son bureau. Il me tardai d'avoir mon affectation, je retenais mon excitation et frappais...
  • publié le 2012-03-19 21:25:12 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Comme prévu, Kronenstal, Grabel, Relg, Siphia et moi même, nous sommes réunis afin de préparer notre expédition à Barak Varr. Nous y avions deux missions. La première sauver un maximum de tonneau d'alcool et la seconde, bien plus importante trouver des renseignements sur le Cruchon sans fond dans la bibliothèque de la ville avant que celle ci e soit la proie des peaux vertes.
  • publié le 2012-03-19 21:22:27 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Cette ballade fut rapportée par Karok Mc Stone, chef des Compagnons du Cruchon et initiateur de cette grande quête.
  • publié le 2012-03-19 21:21:09 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Un léger vent faisait bouger les hautes plantes des champs voisins. Au loin on pouvait apercevoir une petite maison adossée au flanc de la montagne. La cime de celle-ci était encore enneigée malgré le soleil intense qui baignait ce havre de paix. Une petite route de terre parcourait la vallée, reliant cette maison à la route principale des centaines de pas plus loin, telle une petite rivière dorée rejoignant le lit du fleuve qui se jette dans la mer de la civilisation.
  • publié le 2012-03-19 21:11:56 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Une taverne naine, un soir brumeux, des chopes plein la table, bref un soir habituel. Un vieux nain parle, et il semble écouté par ses congénères encore en état de le faire...

    "Tu veux que je raconte l'histoire du Curé, c'est ça Court’ Barbe ? Bof, celle là ou une autre, pourquoi pas. Installe ton cul sur c'banc, et r'prends une bière, la soirée s'ra longue. Et prends en une pour moi tant qu't'y es, causer ça donne soif. ... "
  • publié le 2012-03-19 21:04:11 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Tout commença pour lui un dimanche en fin d'après midi. En ce jour où l'on priait pour recevoir la grâce des dieux, simple rebord d'espoir pour les habitants du Nordland en ces temps troublés. Une meilleure moisson peut être ? Un peu plus de clémence des dieux et des terribles barbares du Nord qui se déversaient depuis la froide Norsca ? Qui aurait pu dire ce qui importait le plus d'importance aux esprits de ces citoyens de l'empire, ayant pour certain troqué leur vie de misère dans les faubourgs des cités impériales pour tenter leur chance dans les villes coloniales du Nord.
  • publié le 2012-03-18 22:20:06 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    Encore une horrible nuit. L'alcool que j'ai avalé hier soir m'a aidé à dormir, mais peut-être n'était-ce pas une si bonne idée que ça. Il m'a remué l'estomac dans mon sommeil, et fait surgir des souvenirs que j'aurais préféré oublier. Ma tête est lourde, comme remplie de plomb. Et ces nains qui braillent non loin ne font que secouer le plomb…

    Je me suis traîné jusqu'à eux pour les faire taire, mais pas moyen. Pour cause, ils se rassemblent, ils veulent récupérer leurs terres récemment saisies par les Peaux Vertes. J'ai à peine pu protester, mais mon statut de Gardien de Sigmar ne m'a pas permis de refuser. Foutu ami des nains… Nous partons immédiatement.
  • publié le 2012-03-18 22:17:47 by
    Les Compagnons du Cruchon, Warhammer online

    La neige. Le vent. Le froid. Voilà plus de trois heures que j’ai entamé l’ascension du Haut Col, et c’est là tout ce que je trouve. Voilà qui me rappelle les plaines glacées de Kislev, si ce n’est cette pente abrupte.
    Dans ces montagnes, même la foi en Sigmar ne semble pas suffisante à me réchauffer. Il ne me reste presque plus de cette bière que je trouvais médiocre à l’auberge, et qui à présent semble s’être largement amélioré. C’est certainement parce que je n’ai plus que ça à me jeter dans le gosier. Il faut que je me remette en route ou je vais geler sur place. Pas de quoi faire un feu, le peu de bois mort est gelé jusqu’à la moelle.