Karok k'un oeil

Par Relgarok, créé le : 2012-03-22 23:19:56
et modifié la dernière fois le : 2013-04-02 22:21:15
Les Rapineurs, Warhammer online Une odeur acre flottait dans les couloirs du château en ruine. Son château. Au loin, les cris et les beuglements de la troupe de peaux vertes, provenant de la cour délabrée où ils avaient établi leur camp autour d’un grand brasier. Ils n’auraient pas du rester jusqu’à la nuit, mais qui aurait pu les mettre en garde ? Surement pas ce paysan dont les restes trainaient dans les cendres. Il se redressa et avec Lui les ombres se levèrent. Ses immondes créatures auraient mieux fait d’explorer les lieux avant de s’installer. Maintenant il était trop tard pour eux. Occupé à ripailler autour du feu, les orques ne remarquèrent pas la disparition des premiers gobelins. Seul le plus grand des orques humait avec suspicion.

Une odeur acre flottait dans les couloirs du château en ruine. Son château. Au loin, les cris et les beuglements de la troupe de peaux vertes, provenant de la cour délabrée où ils avaient établi leur camp autour d’un grand brasier.
Ils n’auraient pas du rester jusqu’à la nuit, mais qui aurait pu les mettre en garde ? Surement pas ce paysan dont les restes trainaient dans les cendres.
Il se redressa et avec Lui les ombres se levèrent. Ses immondes créatures auraient mieux fait d’explorer les lieux avant de s’installer. Maintenant il était trop tard pour eux.
Occupé à ripailler autour du feu, les orques ne remarquèrent pas la disparition des premiers gobelins. Seul le plus grand des orques humait avec suspicion.


-« Bande d’avortons ! Balancez moa dé torches et faites de la lumière ! Y spasse un truk pa net ! »

Un hurlement dans la nuit, des mouvements dans les ombres, le silence s’abattait peu à peu su les ruines. Les orques observaient maintenant les ténèbres silencieuses le kikoup à la main. Leur halètement formait des nuages de bué dans l’air glacé et même les crépitements du feu semblaient murmurer de terreur face à ce qui se cachait dans l’obscurité.

-« Il est, hélas pour vous pauvres créatures, trop tard maintenant. » murmura Sa voix venant de nulle part.

Il surgit alors des ténèbres et en quelques mouvement rapides commença à fauché les orques. Sa vitesse était telle que rares furent les peaux verte à avoir l’opportunité de le voir avant de mourir. Seuls trois orques survécurent à son premier passage deux d’entre eux s’enfuirent laissant seul le plus grand. Un combat singulier ? Pourquoi pas, Il laissait les lâches à Ses serviteurs. Il s’avança d’un pas dans le faible halo lumineux projeté par le feu.

-« Mé té ki toa ? »

-« Je suis ta mort » répondit-il.

Son armure ténébreuse brillait de sombres reflets à la lueur des flammes. Il jaugeait Son adversaire du regard, le combat ne serait pas long.
Il attaqua d’un coup puissant et rapide qui aurait du trancher l’orque en deux. Mais Sa lame ne rencontra que le bois mêlé de métal qui composait le bouclier de l’orque. De rage et de frustration Il découvrit Ses canines proéminentes dans un feulement propres à paralyser de terreur n’importe quel humain.

-« Késs tu kroa ? Ke chui ossi naze k’un gobz minuss ? Jvé t’montrer ske cé la WAAAGH !!! »

Et en hurlant, l’orque chargea. La mêlée n’était que tournoiement de lames s’entrechoquant, métal contre bois, acier contre acier. La brutalité et la ruse de l’orque contre Sa puissance et Sa dextérité. Il était étonné de voir une peau verte Lui résister autant, le vaincre par els armes Lui prendrait trop de temps. Cet orque allait gouter à la vraie puissance de l’ombre. D’une main Il l’enveloppa de ténèbres tandis que de l’autre Il le frappa au visage touchant l’œil et brisant au passage une dent de l’orque qui, immobilisé, n’avait pu se protéger.

Il s’éloigna lentement. Son château était maintenant nettoyé, Il pouvait retourner vaquer à Ses occupations.

-« Ttt…..T’kroa……….T’kroa kssa suffit à m’kasser ? »

Subitement Il s’immobilisa. Et pivota sur Lui-même. Baignant dans son sang l’orque essayait de se relever en s’appuyant sur son kikoup.

-« Ainsi tu es toujours en vie…Tu es vraiment un spécimen … mmm … intéressant. »

Glissant l’orque s’écroula de nouveau au sol, agonisant mais refusant d’abandonner le combat.

-« Mmm oui Nous allons peut être pouvoir faire quelque chose de toi… »


Il regardait l’orque courir vers l’horizon alors que les lueurs grises annonçaient l’arrivée prochaine du soleil. Il n’avait laissé aucun souvenir à l’orque Karok, mais Il en avait fait son instrument. Le grain de sable qui modifierait la trajectoire de la roue du Temps. La maison d’Horker allait connaitre un nouvel âge d’or, il ne s’agissait plus maintenant que de temps et le temps ne Lui manquait pas. Il se fondit dans les ténèbres au moment où les premiers rayons de l’astre solaire frappèrent Ses murailles.

Karok courait vers son Destin.

Partager
Dans la même catégorie
  • publié le 2012-03-22 23:19:56 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    Une odeur acre flottait dans les couloirs du château en ruine. Son château. Au loin, les cris et les beuglements de la troupe de peaux vertes, provenant de la cour délabrée où ils avaient établi leur camp autour d’un grand brasier.
    Ils n’auraient pas du rester jusqu’à la nuit, mais qui aurait pu les mettre en garde ? Surement pas ce paysan dont les restes trainaient dans les cendres.
    Il se redressa et avec Lui les ombres se levèrent. Ses immondes créatures auraient mieux fait d’explorer les lieux avant de s’installer. Maintenant il était trop tard pour eux.
    Occupé à ripailler autour du feu, les orques ne remarquèrent pas la disparition des premiers gobelins. Seul le plus grand des orques humait avec suspicion.
  • publié le 2012-03-20 21:24:17 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    Bur et Gur, les frères nains, se souviendraient toujours de cette bataille. Jamais à cette heure leur vie n’avait été plus proche de leur fin qu’en ce crépuscule sinistre. Le soleil se dépêchait de se coucher, comme s’il craignait de voir ce qui allait arriver, ne voulant pas mêler sa lumière chaude au carnage qui allait se dérouler. La pluie tombait, lentement, comme pour laver la plaine du sang qui ne manquerait pas de couler en abondance.

    Les armées se faisaient face dans la lumière descendante, tendues comme les cordes des archers gobelins. Les Orcs frappaient leurs boucliers, la première ligne hurlant pour effrayer les guerriers nains qui leur faisaient face. Bur et Gur étaient parmi eux, Bur non loin devant Gur. L’un avait fait de la magie runique sa spécialité, et il s’employait avant le combat à bénir les Brise Fer qui l’entouraient, dont son frère. Celui-ci préférait utiliser sa hache et son bouclier pour amenuiser le plus possible le flot de Peaux Vertes qui déferlaient sur leurs terres.
  • publié le 2012-03-20 17:12:21 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    Ainsi, alors que le crépuscule enveloppait déjà les terres de Chrace, au sud de l'ïle Balafrée, les Rapineurs affutaient leurs armes en compagnie de deux compères Peaux vertes nommées Eol et Nox. Ils étaient amis tous deux, orc et gobelin, et l'orc Nox avait été rencontré par Gnapognion quelques jours auparavant. De bons combattants, l'un ayant la cervelle vide mais les muscles fermes, et l'autre, rusé et habile gobelin nommé Eol.
  • publié le 2012-03-20 17:02:43 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    Au milieu des monts de la Corne Sanglante, grouillaient des centaines de gobelins. Dans les tumulus, dans les grottes et les cavernes. Au milieu des collines ou grimpant aux flancs des montagnes. Tous portés par cette volonté insasiable de survivre, aux leurs en premier lieu (les meurtres étant fréquents chez les peaux vertes) mais aussi à leurs tortionnaires et chefs de "Klans".

    Obéïr pour survivre, Survivre pour tuer, Tuer pour émerger et soumettre. Telle était la mentalité gobeline mais peu pouvaient se targuer d'être arrivés à "émerger" de ces hordes barbares et baignées dans une violence inouïe.
  • publié le 2012-03-19 21:44:32 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    Gazbog le chamane fit son apparition au Sietch parmi les Rapineurs. Une certaine agitation y régnait déjà, comme une sorte d'insinuation d'odeur de sang, et d'échos suggérés d'or se déversant des coffres. Les motivations transposées des Rapineurs savaient que l'appel serait lancé à l'arrivée du Maître voleur gobelin. Beaucoup étaient réunis : Bidou, Oniro, Sakros, Karok, Gnapognion, Librya, Aphex, Mognog, Eliomine, et quand Gazbog les eu rejoint, ils se lancèrent alors vers les monts lointains de Barakk Var.
  • publié le 2012-03-19 21:39:00 by
    Les Rapineurs, Warhammer online

    "Sur une envie soudaine j'ai eu envie d'aller voir ce qu il se passait au front du côté du Farfadet sur nos terres. Après avoir admiré les lieux sombres et cruels je m'aventurais plus profondément pour découvrir quelques recoins cachés de la région. Quelle ne fut pas ma surprise de voir une de ces catins d'Archimage seule dans ces contrés désolées. Par chance elle avançait en me tournant le dos, meme à distance respectable je faisais comme elle une cible facile si elle ne représentait qu'une avant garde... Des précautions étaient a prendre et il était hors de question de la suivre sans me dissimuler dans les ombres...
  • publié le 2012-03-02 15:24:17 by
    Les Rapineurs

    Vous ne connaissez pas Gnapognon ni ce qui l'a poussé à devenir le premier des Rapineurs ? Alors assistez à ses premiers instants, et ses motivations dans le vieux monde.