Le Leg du bleu

Par Ilusenthar, créé le : 2010-06-21 08:59:00
et modifié la dernière fois le : 2014-02-19 21:46:02
Le groupe d'aventurier profitait encore de sa rémission au sein du quartier pauvre, aidés par Helm Dundragon et Lara la voleuse. Tous les mendiants et habitants de ces quartiers avaient entendu parler de cette explosion qui avait eu lieu en pleine place du commerce, où la plupart d'entre eux allaient parfois pour mendier quelques piécettes ou quignons de pain. Il ne fallait pas être malin pour comprendre le lien entre l'agitation des gardes depuis cet évènement et l'arrivée de trois étrangers blessés qui visiblement avaient reçu des traces de brulure et qui étaient soignés à présent parmi eux dans une petite et humble bicoque.


Les Contes d'Elensen

Le groupe d'aventurier profitait encore de sa rémission au sein du quartier pauvre, aidés par Helm Dundragon et Lara la voleuse. Tous les mendiants et habitants de ces quartiers avaient entendu parler de cette explosion qui avait eu lieu en pleine place du commerce, où la plupart d'entre eux allaient parfois pour mendier quelques piécettes ou quignons de pain. Il ne fallait pas être malin pour comprendre le lien entre l'agitation des gardes depuis cet évènement et l'arrivée de trois étrangers blessés qui visiblement avaient reçu des traces de brulure et qui étaient soignés à présent parmi eux dans une petite et humble bicoque.

A l'intérieur, Zeldam la princesse barbare venue de l'Est, Beldrin le demi-elfe barde envoyé par la noble contrée du Cormyr, et Canan la prêtresse de Desna demi-orque, tous savaient qu'ils étaient à présent recherchés à Port ponant pour ce qu'ils avaient fait à Xany Yellas, le Seigneur Tyranoeil qui était en visite dans la cité. C'est bien eux qui, sur la place du marché et pour sauver des enfants promis à une mort certaine dans un attentat qui visait le seigneur Yellas, avait récupéré la charrette bourrée de poudre noire et l'avait propulsée vers Xany Yellas. Ce dernier ayant lancé ses sorts contre les aventuriers, avait finalement déclenché l'explosion alors que le charriot piégé se ruait vers lui. Les aventuriers, suite au choc de l'explosion, avaient perdu connaissance et avaient été récupéré par la résistance menée par Helm Dundragon, demi-frère d'Alusair Obarskyr, régente du Cormyr.


Malgré le soulagement de Beldrin d'avoir enfin trouvé celui qu'il devait contacter sur ordre de son maître barde Elensen, tous trois savaient qu'ils venaient de s'engager sur une voie pleine de dangers. Ils allaient certainement être recherchés dans la cité et ne s'étaient pas fait que des amis. Xany Yellas avait amené des forces d'Eauprofonde jusqu'ici à la demande d'un seigneur local : Horkalion. Leur sous fifre direct était visiblement Athanor, un nain qui dirigeait d'une main de glace les traffics d'esclaves et de marchandises de contrebande à Port ponant. Ce dernier avait tenté de se jouer des aventuriers mais sa duperie ne continuerait pas davantage maintenant que les aventuriers connaissaient sa véritable identité. Helm Dundragon, espion envoyé par le Cormyr et ancien héros de la Guerre des Damnés, avait proposé aux aventuriers d'entrer en résistance avec eux en enquêtant sur les disparitions de mendiants et d'esclaves à port ponant. Une piste qui les menait visiblement vers le lac Onadra au sud de la ville. Helm désirait également traquer la créature mystérieuse qui semblait attaquer aléatoirement certaines cibles.

De leurs côtés, Canan et Zeldam avaient toujours en tête le sort des esclaves emmenés par Athanor et un certain Gnoll nommé Slobavan. Zeldam espérait qu'en retrouvant leur trace, elle pourrait revoir sa mère qui d'après plusieurs témoins, avait été vue avec le seigneur Horkalion, freluquet blond aux traits juvénils mais qui pourtant d'après Helm devrait avoir dans les 80 ans ! Canan était obsédée, elle, par le sorts de ces malheureux esclaves. Par son dévouement à Desna la déesse de la liberté et du voyage, elle s'était jurée de les retrouver et de les libérer.

Alors que Beldrin voulait parler de nouveau à Helm, il croisa ce dernier à l'entrée de la cahute et ce dernier donna en récompense pour son courage et son dévouement son sceau royal au demi elfe. Beldrin fut honoré par ce geste et Helm lui expliqua qu'il avait été touché il y a quelques mois par un mal incurable et ne savait pas s'il pourrait revoir sa demi soeur Alusair un jour. En effet, les plans d'Helm Dundragon avaient à présent changé et il voulait retourner vers les contrées du sud pour aider les peuples libres à résister aux assauts de Mulhorande qui avait recemment pris le Calimshan. Le sort du Cormyr était à présent confié aux nobles chevaliers pourpres et ils auraient besoin de renforts très bientôt, d'où l'importance d'aider les contrées alliés à se libérer de la pression Mulhorandaise. Helm confia également à Beldrin une petite boîte contenant un petit mulot ayant appartenu à l'un de ses hommes, mort pendant l'embuscade du Lac Onadra. Le petit animal semblait ravi d'avoir trouvé un nouveau maître !

Ainsi, tous se préparaient à tenter de résoudre les mystères de la cité quand soudain un demi-orc vêtu de guenilles pénétra dans la cabane et interrompit leur conciliabule. Ce dernier venait les avertir que plusieurs gardes venaient de pénétrer dans le quartier pauvre. Helm demanda alors à Lara et aux aventuriers de se tenir prêt car ces gardes venaient certainement en représailles de l'attaque contre Xany Yellas. Le mendiant qui les avait prévenu se présenta sous le nom d'Arrak. Ce demi orc semblait bien connaître Helm et ce dernier demanda alors à Arrak de conduire les trois aventuriers en lieu sûr.

Ainsi, Arrak, Zeldam, Beldrin et Canan sortirent de la cabane qui les abritait et virent disparaître dans le tumulte ambiant Helm et Lara. Partout autour d'eux, des soldats et des gardes Gnolls enfonçaient les portes des petites habitations pour emmener de force les habitants, accusés selon la clameur des gardes de conspiration et d'aide à des terroristes. Arrak guida pendant un moment les aventuriers qui voulaient éviter d'être capturés. Les gardes étaient bien trop nombreux et entassaient les prisonniers mendiants dans des carrioles-prisons. Le calme qui régnait il y a peu dans les environs s'était mué en quelques instants en un concert de hurlements de peur et de râles. Au loin, Beldrin vit une noire fumée s'élever au dessus du quartier des temples au sud de leur position. Visiblement, les attaques étaient multiples dans la cité de port ponant !

Après avoir ébloui plusieurs gardes et avoir tenté de les distancier, Canan et Zeldam virent au loin dans l'une des ruelles la silouhette d'Athanor le nain esclavagiste à la solde d'Horkalion. Il semblait être venu s'occuper de cette rafle en personne ! Le sang de Canan ne fit qu'un tour et elle se rua sur le nain alors qu'Arrak et Beldrin tentaient de couvrir leurs arrières. Mais la lance de Zeldam réussi à impressionner le nain quand il sentit la froide pointe de l'arme contre son cou. Il ordonna alors à ses hommes, sous la menace, de reculer et de laisser passer les deux aventurières. Otto, le domestique qui suivait partout Athanor, profita de la confusion pour révéler son vrai visage en frappant Athanor tout en s'enfuyant pour protéger les siens.

Les armes des gardes étaient toujours pointées sur Canan et Zeldam alors qu'elles tenaient le nain en otage. Elle le firent entrer dans un charriot prison puis prirent la fuite avec cet attelage à toute allure, en profitant pour prendre au passage Arrak et Beldrin. Enfermé dans le chariot mais passant la tête par les barreaux, Athanor hurla à ses hommes de tuer les 4 aventuriers qui filaient à vive allure à travers le quartier pauvre !

La poursuite s'intensifia alors que Canan faisait de son mieux pour conduire dans ces rues étroites et pavées. Quatre cavaliers étaient à leurs trousses et les arbaletriers faisaient pleuvoir une pluie de projectiles contre eux alors qu'ils suivaient autant que possible les indications d'Arrak qui connaissait bien la ville. Ce dernier semblait user de pouvoirs magiques et se débarassa de deux cavaliers en envoyant un trait de glace sur le sol boueux derrière leur attelage. Des gnolls tentèrent de monter sur leur véhicule depuis les toits et une lutte s'engagea sur le toit du charriot prison. De son côté, Zeldam tenta de faire taire Athanor qui continuait d'hurler ses ordres tout en ameutant ses gardes et hommes de mains. Une lutte s'engagea dans le charriot mais Zeldam parvint à assomer Athanor.

A force de vitesse et d'agilité, les poursuivants furent semés juste avant que la coterie n'atteigne le bord du quartier pauvre. Un dernier barrage les attendait mais Beldrin parvint à convaincre ses compagnons d'essayer de passer en douceur. Calmant les deux chevaux, Beldrin se fit passer pour l'un des gardes grâce au tabard qu'il avait récupéré. Le subterfuge fonctionna et les gardes demandèrent à l'attelage de se dépêcher de partir avec les personnes raflées vers le lac ... visiblement c'était bien la bonne piste.

Quittant le quartier pauvre, la coterie continua sa route vers le sud et tomba sur le quartier des temples qui visiblement était attaqué ! Mais alors que faisaient les gardes qui préféraient capturer des personnes pauvres plutôt que de défendre les quartiers des temples d'où partaient une fumée noire ? Ce qu'il ne savaient pas, c'est qu'en coulisse, Horkalion venait de prendre pour pretexte l'attaque de Xany Yellas pour convaincre le conseil des Guildes de décréter la loi martiale dans la cité. Il en avait alors profité pour envoyer ses sbires rafler un maximum de personnes dans les quartiers pauvres tout en faisant du quartier des temples un exemple de ce qui pourrait arriver si l'ordre n'était pas maintenu à Port ponant. Ainsi, un grand nombre de gobelins couraient entre les grands bâtiments des temples. Ils attaquaient nerveusement tous les pauvres habitants de la cité et jetaient des flambeaux sur les toits. En regardant de manière plus insistante, les aventuriers repérèrent qu'un immense nuage sombre et orageux venant du sud semblait approcher à toute vitesse de Port ponant. Ce nuage avait quelque chose de terrifiant et annonçait certainement un orage de tous les diables !

Canan, à l'approche des temples, était fortement concernée par le sort des disciples de Desna. Elle demanda à ses compagnons de faire un crochet par cette partie de la ville avant de rejoindre le Lac Onadra. Arrak était réticent et demandait des garanties car il se retrouvait maintenant lié dans une histoire qu'il n'avait pas prévu. Il accepta de les aider en échange d'une promesse d'aide réciproque. Ce dernier d'ailleurs s'éclipsa un petit moment avant que l'attelage ne reprenne sa route. Usant de toute sa discrétion, il utilisa un petit sifflet qui fit venir un pigeon voyageur auquel il attacha une petite note avant de le renvoyer. Arrak faisait là son travail comme il l'avait fait depuis quelques mois après sa perte de mémoire où il s'était retrouvé en guenilles dans les ruelles de Port ponant. Il recevait une petite prime à chaque message envoyé sur la situation de Port ponant mais ne savait pas réellement à qui ces messages étaient destinés. Cependant, le peu d'or qu'il se faisait lui permettait de survivre dans cette cité, lui, demi-orc souvent repoussé par les commerçants et persécuté par les gardes et les esclavagistes. Dans ce message, Arrak indiqua la situation critique de Port ponant et sa présence au sein de la coterie d'aventuriers. Il précisa également leur rôle important et le bien fondé de leurs actes avant de renvoyer l'oiseau messager.

Le groupe s'avança avec le chariot dans le quartier des temples pour assister à une scène effroyable. Une vingtaine de gobelins étaient positionnés devant le temple de Heaume, dieu de la justice, et d'autres pillaient le temple de Desna tout proche. Un Ogre tenait une immense poutre devant la porte du temple de Heaume et empêchait les citoyens de sortir alors que le toit brûlait ! S'ils ne faisaient rien, ils allaient mourir asphyxiés ou brûlés vifs !

N'écoutant que leur courage, les aventuriers se ruèrent dans la bataille et durent à la fois combattre l'Ogre et les gobelins. Mais l'immense créature après avoir été attaquée, souffla dans un cor de bataille et révella deux de ses semblables qui étaient sur le toit du temple de Heaume ! La bataille s'annonçait rude ! Zeldam et Canan n'eurent pas beaucoup de chance et durent au départ éviter les coups alors que Beldrin et Arrak utilisaient leurs sorts pour se débarasser des gobelins et de leur chef chaman. Un trait précis permis de se débarrasser du chef gobelin ce qui fit fuir certain d'entre eux. Profitant de la confusion, les prisonniers du temple en profitèrent pour ouvrir la porte et se faufilèrent hors du brasier. Mais alors que le nuage au dessus de leur tête avançait, les aventuriers virent une pluie étrange s'abattre sur la ville. Ce n'était pas de l'eau mais ... de l'huile ! Quel pouvait être ce nuage capable de faire pleuvoir de l'huile ! Au contact du feu, celle ci provoquait de petites gerbes de flammes et commençait à s'accumuler à terre alors que le combat continuait. Une brume fut provoquée par Canan ce qui permit à Arrak de lancer ses gerbes électriques vers les archers gobelins.

Peu à peu, les ennemis tombaient bien que les aventuriers commençaient à se fatiguer. Et alors que les deux autres ogres allaient se jeter sur eux, les aventuriers aperçurent la créature qui se jeta alors sur l'un des ogres, le mordant à la gorge et le lacérant au ventre. Une fois de plus cette bête les avait aidé. C'est alors que, profitant du tumulte des combats et de cette pluie d'huile qui enflammait peu à peu le sol alors que les flammes prenaient de l'ampleur dans le quartier, le chat au regard effrayant se propulsa en dehors de sa cachette vers la créature. Dès qu'il fut proche, le chat s'arrêta et se transforma en un jeune homme blond : c'était le Seigneur Horkalion ! La créature sembla le reconnaître et releva la tête des entrailles de l'ogre qui était à terre. La bête sauvage se mua alors à son tour en un homme haletant au regard froid. Il semblait tenir dans sa main une sphère lumineuse. Les deux polymorphes se toisèrent un instant et Horkalion semblait ravi de le retrouver. En quelques instants, Horkalion changea encore une fois de forme et prit cette fois l'apparence d'un homme d'âge mûr habillé à la mode des terres du sud et tenant une lampe étrange à la main, telle devait être sa véritable apparence ! Il s'approcha de l'homme créature et essaya de le capturer par magie. C'est alors que l'oiseau qui semblait travailler avec la créature surgit à son tour ! Elle interrompit le rituel d'Horkalion et l'homme créature fut libéré. L'oiseau se changea à son tour en une jeune halfeline à l'air déterminée qui ressemblait à une druidesse. Elle demanda à son ami "Erthann" de fuir avant de changer à nouveau d'apparence et de prendre la fuite avec Erthann qui avait repris son apparence de créature. Visiblement tous deux n'étaient pas de taille à affronter Horkalion.

Beldrin et ses compagnons, assistant à cette scène, décida d'aider les deux héros, la druidesse Lylynn et Erthann, décida de prendre parti dans cette lutte et il tira un carreau d'arbalète vers Horkalion. Le trait s'arrêta et se brisa avant même d'atteindre le seigneur polymorphe ! Horkalion lui signifia son mépris en pointant vers lui un seul doigt d'où partit une gerbe de flammes. Les aventuriers évitèrent de justesse les flammes mais le charriot fut totalement détruit, emportant définitivement Athanor le nain au passage.

Lorsqu'ils se relevèrent, Horkalion s'était enfui mais il restait encore quelques gobelins et deux Ogres. Une fois qu'ils eurent défait ce groupe, les aventuriers reprirent leur souffle et pénétrèrent dans le temple de Desna pour voir si des gens y étaient retenus. C'est là-bas que Canan et Zeldam virent une jeune femme, sorte d'apparition qui disparut quelques secondes plus tard. Cette femme était en réalité Desna qui pleurait le sort des captifs pris dans la rafle de cette journée. Mais les aventuriers furent surpris de rencontrer deux héros en ces lieux, qui apparurent quand Horkalion avait été amené hors de portée : Cikkim Kundarak, le seigneur moine de Port Calim, et Ily Torasco, championne divine de Kossuth le dieu du feu. Ainsi les rumeurs étaient vraies, les Etoiles de l'Ouest étaient bien à Port ponant !

Cikkim et Ily emmenèrent Beldrin, Canan, Zeldam et Arrak en lieu sûr au dessus des remparts. Ils leur firent observer ce qui se cachait sous l'immense nuage qui surplombait Port ponant : une gigantesque cité volante qui avait été levée par Xany Yellas malgré les efforts de la coterie héroïque de Lylynn, Ily et Cikkim. Cikkim leur expliqua que cette cité allait certainement aller vers le Cormyr pour faire plier cette nation dans les prochaines semaines. Contre cette cité qui avait été levée grâce à la puissance jusqu'alors perdue de Néthéril, il n'y avait a priori aucun espoir de victoire mais ... les héros de Faërun avaient trouvé une faille dans le plan de leurs ennemis : ces cités n'avaient pas assez de puissance magique pour tenir longtemps dans les airs. Ainsi, l'Alliance de l'Ombre avait été pressée par le temps et jouaient à présent leur plus grosse carte avant que ceux qui s'opposent à leurs plans aient le temps de se réunir. Pour permettre aux cités volantes de rester dans les cieux encore longtemps, maintenant nombreuses à s'être rassemblées au Nord de l'Anauroch et des Dorsales du monde, il fallait accumuler une grande quantité de magie. Les secrets de ces cités pouvaient se trouver dans une ancienne cité Néthérisse située sous la mer des étoiles déchues. Cette cité, après la chute de l'Empire de Néthéril, avait été retrouvée par les peuples de l'Est mais ceux-ci, devant les dangers contenus dans cette cité, avaient préféré la sceller grâce à une ancienne magie nommée "La Voie". Ce savoir avait été transmis jusqu'à la mère de Zeldam, ce qui expliquait pourquoi Horkalion l'avait récupérée ! Mais ce n'était pas le seul obstacle pour accéder à cette cité sous les eaux : le dragon bleu Anathil avait été chargé de veiller sur ce lieu depuis les profondeurs. Ainsi, Horkalion et Xany Yellas devaient avoir trouvé un moyen de l'écarter ou de le convaincre de les laisser entrer dans la cité.

Ily et Cikkim apprirent aux aventuriers qu'ils devaient à présent rejoindre le sud mais espéraient que Beldrin, Canan, Arrak et Zeldam pourraient les aider à découvrir comment Horkalion comptait tromper la vigilence du dragon bleu pour entrer dans l'ancienne cité Néthérisse.

Le groupe semblait décidé à continuer leur route vers le Lac Onadra qui était leur seule piste pour comprendre les actes et les rafles de la cité. Le temps pressait et ils décidèrent d'attendre la nuit pour agir. Ils furent déposés par Cikkim et Ily en bas des remparts et ils y établirent un petit campement près des marais jusqu'au milieu de la nuit.

Aux abords du lac, les aventuriers tentèrent de comprendre quelle pouvait être la piste du lac et pourquoi les esclavagistes emmenaient les esclaves jusqu'ici. Tous approchèrent des bords du lac après avoir suivi Arrak qui en profita pour envoyer un second message pour informer de sa situation à son mystérieux employeur. De plus, Arrak se rendit compte que sa pièce fétiche qu'il avait conservé jusqu'alors, semblait indiquer un chemin telle une boussole !

En se rapprochant des berges, Zeldam découvrit en plongeant la tête dans le lac après la barrière de roseaux que de nombreux cadavres avaient été lestés pour reposer au fond de l'eau ! Une vision terrifiante mais qui ne l'était pas autant que l'arrivée de spectres, qui visiblement avaient été liés à la protection de ce petit lac, visiblement artificiel et destiné à cacher un lourd secret. Les aventuriers se débarrassèrent à coups d'armes magiques des spectres et continuèrent à longer les berges en évitant les patrouilles.

Ils arrivèrent alors à une partie des berges utilisée visiblement pour laver le linge. Beaucoup de traces de sabots, de pas et de roues semblaient cependant avoir marqué le sol ce qui indiquait une fréquentation assidue par les gardes et certainement par les esclavagistes. Les aventuriers trouvèrent un petit mécanisme dans un poteau de bois à l'apparence commune. Utilisant une clé en T qu'ils avaient trouvé sur les ogres, un passage mécanique fut révélé et ils s'y engagèrent.

Les marches descendaient jusque sous le lac et le passage semblait être souvent emprunté et empestait la moisissure. Alors qu'ils s'enfonçaient plus profondément sous le lac, les aventuriers entendirent des gnolls arriver derrière eux. Ils tentèrent de trouver une autre issue car le chemin semblait être immergé devant eux. Beldrin ressentit un petit passage qu'ils excavèrent et ils s'y engouffrèrent en rampant. Malheureusement, les gnolls s'en aperçurent et envoyèrent à leur poursuite deux créatures étranges et reptiliennes.

Cependant, le chemin qu'ils suivaient se sépara soudain en 4 voies. Une voie semblait propager une odeur pestilencielle alors que les autres semblaient plus neutres. Pour tromper l'odorat des créatures qui les poursuivaient dans les couloirs noirs et inquietants, Beldrin emmena ses compagnons dans le couloir qui empestait la mort alors qu'Arrak, mené par sa pièce boussole, était déterminé à trouver des réponses sur ses origines et prit le chemin opposé. Il fut poursuivit par les deux créatures qui ressemblaient à deux dragonets mais aux yeux vides et sans ailes. Des abérations !

La coterie était à présent séparée. Beldrin, Zeldam et Canan continuaient d'avancer et virent que leur tumulus se terminait dans une caverne froide et puante. Des arraignées de pierre et des cadavres semblaient orner les murs et transmettaient la peur et la souffrance qu'ils avaient ressenti à leur mort. Au fond de la caverne, un basilic tenta de les paralyser mais Beldrin eut le reflexe d'effectuer quelques notes de musique qui rompit le charme de la créature. Une bataille violente s'amorça alors !

De son côté, Arrak avait réussi à se débarasser des deux abérations de dragonnets et avait abouti de l'autre côté de la caverne, dans une coursive assez large où étaient quelques gardes gnolls. Arrak tenta d'ouvrir un passage vers la caverne du basilic, qui avait été bloquée par plusieurs éboulements. Dans une courte lutte, Arrak parvint à propulser les deux dragonnets en contrebas et était alors protégé des gnolls qui gégnaient en contrebas en tentant de grimper jusqu'à lui. Cependant, à force de fracturer le passage, les gnolls eurent peur de se retrouver face au basilic et prirent la fuite. Arrak s'engouffra dans le passage et rejoignit alors ses compagnons. Ensemble, enfin réunis, ils parvinrent à tuer la créature et prirent quelques unes de ses écailles. Les deux dragonnets, en présence du basilic, se mirent à couiner et furent saisis de tétanie. Visiblement, ces créatures abbérantes avaient été engendrées par magie et en croisant du sang de dragon bleu et le basilic. Les gnolls devaient garder la créature pour engendrer une progéniture draconique destinée au dragon bleu !

Quittant la caverne pour revenir dans le couloir qu'avait découvert Arrak, les aventuriers retrouvèrent les esclaves qui étaient emprisonné dans une série de geôles sous ce lac. Ils devaient être utilisés pour nourrir le basilic et peut être pour effectuer d'autres besognes. Mais une porte étrange leur faisait face à présent au bout de ce couloir. Ils y entrèrent avec réticence après avoir subi les effets d'un piège électrique. Cette pièce octogonale semblait vide et sans autre issue même si une petite fontaine avec une forme de créature étrange dotée de tentacules y avait été sculptée. Une apparition terrifiante poussa les aventuriers à s'y engager pour éviter le pire et les portes se refermèrent derrière eux. Ils étaient pris au piège !

Dans la salle, ils tentèrent tous de trouver une sortie mais même la porte avait disparue ! Bizarrement, et plus ils tournaient dans la pièce et plus ils s'aperçurent des incohrences de la situation. Où qu'ils soient dans la pièce, la statue semblait les fixer ! Ils tournèrent un bon moment alors qu'un épais nuage de fumée s'élevait depuis le sol de la pièce. Une brume blanche et opaque monta jusqu'à leur taille et les aventuriers furent pris de visions !

Le temps passait et Beldrin utilisa le petit mulot qu'il avait hérité d'Helm. Ce dernier se jeta au sol et couinait en semblait poursuivre quelque chose qui les évitait dans la salle. Tentant de percer l'énigme, Canan ressentit également la présence d'un papillon, symbole de sa divinité, dans la pièce et qui suivait également le mulot ! Zeldam, elle, folle de rage d'être prise au piège, ressentit soudain une présence qui l'étranglait. Elle aperçu alors brièvement une créature au centre de la pièce et une rire moqueur qui provenait de là où se plaçait le mulot et le papillon. Indiquant cela à ses amis, Arrak projeta une série d'éclairs dans cette direction et l'illusion prit fin !

Depuis qu'ils étaient entrés, ils étaient victimes d'une illusion par un gnome nommé Cétibius. Un étrangleur était en train de les tuer à petit feu et ils ne s'en étaient pas rendu compte. Arrak avait fait mouche mais c'est Beldrin qui mit fin à tout en décochant une flèche en plein front du gnome, après que Zeldam les eu libéré de l'étreinte de l'étrangleur grâce à son épée. Ainsi, ils avaient réussi à défaire le sortilège !

Suite à cela, les aventuriers continuèrent dans ce nouveau tumulus qui s'était révélé à eux. De nombreux esclaves étaient enchaînés dans cette caverne et ils creusaient la terre pour y installer des oeufs d'abbérations de dragonnets. Au fond de la caverne, Zeldam eut le grand bonheur de retrouver sa mère, qui leur expliqua tout. Ainsi, elle donna sa faculté magique à Zeldam et aida le groupe d'aventuriers à fuir ce souterrain en libérant les esclaves. Une fois à l'extérieur, la mère de Zeldam leur expliqua que l'espoir n'était pas perdu, et bien que Xany Yellas et Horkalion aient obligé la mère de Zeldam à fabriquer des charmes d'ouverture pour la cité Néthérisse, il en restait un sur le corps de Cétibius l'illusionniste ! Le dragon bleu Anathil avait été convaincu de les laisser passer en son royaume par la progéniture batarde qu'Horkalion lui avait préparé. Cependant Arrak apprit alors par la mère de Zeldam sa véritable nature de descendant du dragon bleu !

De plus, le plus grand espoir résidait maintenant dans le fait que les aventuriers avaient à présent un moyen d'accéder au temple, et que malgré la puissance d'Horkalion et de Xany Yellas, l'emplacement de la cité Néthérisse leur était encore inconnue .... une chose que la mère de Zeldam avait gardé avec attention ! Ainsi, ils avaient une petite chance d'arriver avant les sbires de l'Alliance de l'Ombre !

Partager
Dans la même catégorie
  • publié le 2010-09-12 22:47:00 by
    Alors que les chances des protecteurs des peuples libres s'amenuisaient, le barde Elensen sentait le temps arriver où il devrait abattre sa dernière carte. Les puissantes forces qui se terraient dans le désert du Nord de l'Anauroch ont peu à peu tissé leur toile sur Faërun et possédaient désormais la puissance nécessaire pour frapper leurs derniers adversaires. Malgré tous les exploits des héros de ces terres, le sort de Faërun allait certainement se jouer dans la grande bataille de Suzail. Au loin, Elensen voyait s'amonceler les forces ennemies, soutenues par les terrifiantes cités volantes élevées de nouveau par un pouvoir que l'on croyait perdu depuis bien longtemps.
  • publié le 2010-09-02 21:08:00 by
    Depuis plusieurs années, les parties de jeu de rôle des Contes d'Elensen ont réuni de nombreux joueurs qui ont peu à peu bâti une grande histoire d'aventures, de dangers et d'intrigues ! Après un 9ème épisode que vous pouvez d'ailleurs retrouvé en format résumé sur ce site (dans la rubrique "Nos créations > Contes d'Elensen"), ces parties de jeu de rôle basées sur un scénario original et surtout mettant en scène les désormais célèbres personnages Cikkim, Farin, Helm Dundragon, Farin, Ily Torasco, Wag Ghallanda, Lylynn, Beldrin, Canan et Zeldam, vont mener l'aventure sur de nouvelles terres !
  • publié le 2010-06-21 08:59:00 by
    Le groupe d'aventurier profitait encore de sa rémission au sein du quartier pauvre, aidés par Helm Dundragon et Lara la voleuse. Tous les mendiants et habitants de ces quartiers avaient entendu parler de cette explosion qui avait eu lieu en pleine place du commerce, où la plupart d'entre eux allaient parfois pour mendier quelques piécettes ou quignons de pain. Il ne fallait pas être malin pour comprendre le lien entre l'agitation des gardes depuis cet évènement et l'arrivée de trois étrangers blessés qui visiblement avaient reçu des traces de brulure et qui étaient soignés à présent parmi eux dans une petite et humble bicoque.
  • publié le 2010-04-13 09:02:00 by
    La soirée avait été bien agitée à l'auberge du Vieux Crochet mais grâce à Beldrin le barde, Canan la prêtresse de Desna, et Zeldam la barbare du lointain Shou Lan, les trouble fête avaient été maîtrisés. Ces deux hobgobelins qui avaient tenté de tuer Beldrin en voulaient visiblement au message qu'il transportait. Heureusement, l'intervention de ses compagnons d'infortune et de Grancolas le Nain avait permis d'éviter que cette missive écrite de la main d'Alusair Obarskyr, régente du Cormyr, ne tombe entre de mauvaises mains.
  • publié le 2008-05-31 19:57:00 by
    Les aventures continuent sur Faërun, cette fois ci l'alliance de l'ombre et les terrifiant Néthérisses marchent vers la cité de Port Calim. La situation est grave et Cikkim le Moine Suzerain de la cité regroupe ses troupes ainsi que ses compagnons Ilyash la championne de Kossuth et Lylynn la druidesse.
  • publié le 2008-05-10 12:00:00 by
    Les Contes d'Elensen, Tome 06

    Quelques jours s'étaient écoulés sous le soleil du Calimshan, et une acalmie semblait enfin règner sur Port Calim, grâce aux voyageurs venus du Nord. De cette côterie, un seul d'entre eux n'était pas étranger à ces terres arides et le souffle du vent semblait lui murmurer des paroles famillières. Cikkim, le nouveau Sultan de Port Calim, avait finalement obtenu sa vengeance et fait rendre gorge au sanguinaire Surijay, le traître qui avait jalousé son héritage, jusqu'à en faire massacrer tout le reste de sa famille il y a plusieurs années.
  • publié le 2005-01-28 10:02:00 by
    Les Contes d'Elensen, Tome 05

    Un vent chaut soufflait sur le déserte de Calim. Cet endroit où seuls subistaient les plus robustes des hommes, ainsi que les plus résistantes des créatures. Cette étendue désertique abritait mille trésors et mystères et fascinait Faërun par son histoire, son passé relié aux dynasties de Djinns et d'Effrits, qui il y a des millénaires, avaient quitté leur plan d'origine pour fonder une toute nouvelle civilisation. Cette civilisation avait grandie, puis décliné, et enfin les restes de ce grand empire des Djinns avait trouvé un reflet confortable aux yeux des hommes, et dirigés par les anciens esclaves des Esprits du feu. Le Calimshan, royaume ancien et puissant, possédait à présent les terres et les sables de Calim, l'Effrit Empereur.
  • publié le 2004-12-03 14:05:00 by
    Nous étions en 1373 de l’année des « Dragons renégats ». En ce quatrième jour de Martel, mois du cœur de l’hiver, le Cormyr fêtait ses sauveurs. En effet, les Quatre Etoiles de l’Ouest connues sous le nom de Cikkim, Farin, Helm et Tanas, avaient permis au Bien de triompher face aux légions mortes vivantes de Simerohl, le dernier fils de la déesse Talona. La traîtrise était donc vaincue et la mort du roi Azoun Obarskyr, quatrième du nom, était enfin lavé de l’infamie de Simerohl, qui avait envoyé son roi à la mort pour prendre son royaume.
  • publié le 2004-11-18 10:28:00 by
    Poursuivons les contes d'Elensen par sa troisième partie : "La renaissance des Cendres" et concluant ainsi le premier volet de la Guerre des Damnés, une campagne de jeu de rôle pour AD&D.
  • publié le 2004-07-16 13:37:00 by
    Cette histoire prend naissance en l'an 1372 d'après le Calendrier des Vaux. Le continent que l'on nomme Faëun était comme à son habitude agité par la folie des hommes et des autres peuples qui l'habitent encore aujourd'hui. Mais cette folie aurait bien pu s'éteindre. A jamais. Car en cette année tourmentée, la déesse Talona a bien failli par l'intermédiaire de ses fils, faire basculer le monde dans la tourmente et une destruction totale. Et c'est l'histoire que je vais vous conter en ces pages ...
  • publié le 2001-09-22 13:38:00 by
    La première histoire que je m'apprête à vous narrer m'a été narrée par un barde de la cour de la famille royale Obarskyr, famille souveraine du Cormyr. Cette légende raconte l'histoire de trois hommes qui ont pris part à l'un des évènements les plus tumultueux de cette région et leurs exploits sont connus de tous. Bien des années ont passé depuis leur aventure, mais chacun sait ce que ces hommes ont fait pour les contrées de la côte des Dragons ... Laissez moi vous conter le premier chapitre de cette histoire, que j'ai décidé d'intituler : L'Héritage de Théogrid.