Ilyash Halad, présentation

Par Ilyash, créé le : 2012-03-18 11:32:34
et modifié la dernière fois le : 2013-04-02 23:13:14
Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan L'aube allait se lever dans quelques heures et déjà les oiseaux s'agitaient dans les arbres : une belle journée s'annonçait sur les terres sauvages de Zelata. La femme qui se tenait à la fenêtre en regardant l'horizon était cependant bien étrangère à ces lieux. Quelques goutes de sueur luisaient sur sa peau sombre, et ses cheveux crépus, plus noirs que la nuit, étaient tressés à la mode des gens de Stygie.

L'aube allait se lever dans quelques heures et déjà les oiseaux s'agitaient dans les arbres : une belle journée s'annonçait sur les terres sauvages de Zelata.

La femme qui se tenait à la fenêtre en regardant l'horizon était cependant bien étrangère à ces lieux. Quelques goutes de sueur luisaient sur sa peau sombre, et ses cheveux crépus, plus noirs que la nuit, étaient tressés à la mode des gens de Stygie.

Arkétos la regardait avec fascination : son visage portait les marques de l'âge mûr, mais ni ses yeux ni son corps ne trahissait le passage du temps. Lui qui d'ordinaire appréciait les jeunes femmes prudes et délicates venait de découvrir des plaisirs insoupçonnés au contact de cette créature des ténèbres. Alors qu'il était plongé dans ces contemplations, la femme se retourna.

- Tu sais que la curiosité est un vilain défaut, fit-elle avec un sourire sarcastique. Certains sont morts pour avoir voulu connaitre ce qu'ils ne devraient pas savoir.

Le jeune homme éclata de rire alors qu'il s'asseyait sur le lit en repoussant les draps.

- Oui mais comme j'ai était très gentil avec toi ce soir et que j'ai l'intention de l'être encore tu peux bien me répondre non ?

La Stygienne s'approcha de lui d'un pas aérien et se pencha sur lui. Quand sa bouche frôla délicatement son oreille elle lui murmura doucement avec un ton amusé :

- Tu es sûr ? Il va t'en couter très très cher alors...

Et elle l'embrassa.

Elle s'assit donc en face de lui et lui sourit. Arkétos n'aimait pas ces sourires. En fait c'était plutot ce qu'il y avait dans ses yeux lorsqu'elle le faisait qu'il n'aimait pas, sans qu'il sache vraiment pourquoi.

- Non je ne suis pas une adepte de Derketo, mais oui j'ai reçu leurs enseignements.
- Je croyais que les serviteurs de Derketo gardaient jalousement leurs secrets de plaisir, comment une extérieure a pu y avoir accès ?
- Tu as l'intention de remettre le couvert tout de suite ou tu préfère écouter une longue histoire ?
- Ah ! Je vais bien avoir besoin de quelques minutes pour reprendre mon souffle avec ce que j'ai l'intention de ta faire !
- Ainsi soit-il...

Je suis née en Stygie il y a une quarantaine d'année. Ne me demande pas la date exacte je ne la connais pas. Ma mère était prêtresse de Set à Khemi et je suis née de son union avec un "élu du dieu serpent". Haha, ça me fait bien rire que ma naissance soit considérée comme spéciale alors que ma conception s'est faite dans une orgie dédiée à cette saloperie de crotale... Enfin...

Pendant mes dix premières années j'ai vécu auprès de ma mère. Je participais aux rituels et je dansais. J'ai très vite était remarquée pour cela et j'ai été emmenée dans les palais des nobles stygiens où j'ai intégré la plus prestigieuse troupe de danseurs dont les pas endiablés aient jamais foulés cette terre. Je suis vite devenue la meilleure danseuse, la directrice de cette troupe et la femme la plus prisée des hommes dont le lit réclamait une douce présence. C'est là que j'ai reçu le nom prestigieux d'Ilyash Halad, se qui signifie dans ma langue "qui fait danser les étoiles".Et cela a été ainsi pendant longtemps...

Soudain sont regard se perdit dans le vide et devint plus dur, plus froid, plus... cruel. Arkétos regretta soudain de ne pas s'être contenté de prendre du plaisir avec elle. Laisser parler les femmes était une chose qu'il évitait soigneusement de faire, et le provoquer encore plus. Surtout que celle là... Elle n'était pas comme les autres. Il se senti mal à l'aise, mais essaya de ne pas le montrer.

- C'est là qu'un beau jeune homme, riche, bien en vue, me fit une proposition plus qu'alléchante : après quelques nuits passés ensemble, il me demanda de l'épouser ! Dit-elle en éclatant d'un rire sans joie.
- Et heu... Fit timidement Arkétos, ce n'était pas une bonne chose ?
- Bien sûr que non ! Je n'allais pas troquer ma vie de joie, de plaisir, une vie que j'aimais pour devenir la catin officielle d'un jeune coq enfariné. Je ne voulais pas vivre dans une cage quand bien même elle fût d'or !

Sans s'en rendre compte, Arkétos se tassa sur son oreiller. Mais Ilyash n'y fit pas attention, elle était ailleurs, plongée dans son passé.

- Ce n'était pas le premier que je repoussais, mais celui là était tenace. Si j'avais sut qui était son oncle j'aurais mieux choisi mes mots. Ce fils de chien était le neveux d'un des grands prêtres de Set, mais pas seulement ! Il était aussi le chef de fil d'un culte interdit : le jour il honorait Set, la nuit il se livrait à des orgies au nom de démons maudits. Et ce, avec la complicité d'adeptes corrompu de la déesse Derkéto...

Un sourire cruel fit se lever les lèvres d'Ilyash alors qu'elle plongeait son regard plein de délectation dans celui d'Arkétos, maintenant complètement terrifié.

- Euh oui, je crois comprendre enfin euh... Ils t'ont enlevée..?
- Bien... Tu n'as pas qu'un beau corps tu sais aussi te servir de ta tête, dit-elle en éclatant de rire. ils n'ont enlevée et amenée dans leur temple maudit. Il m'ont humiliée ! Droguée au lotus pourpre ! j'ai du danser pour leurs démons qu'ils appelaient "dieux". Et cela a duré une éternité.
Et puis un jour j'ai commencé à ne plus ressentir les effets du lotus. Cela vient doucement, mais j'ai fini par retrouver suffisamment mes esprits pour tenter de fuir. Je savais qu'il existait une sortie en passant par les profondeurs, mais vois tu, ma vue était troublée, mes sens égarés... Et quand je me suis retrouvée a une intersection j'ai du choisir entre trois voies : choisir la peur, préserver ma vie et revenir sur mes pas ; choisir la voie de la logique et prendre la pente qui montait ; ou choisir de m'enfoncer dans les ténèbres, là où nul homme ne va et tenter ma chance.
-Et alors... tu... tu n'as pas choisi le bon chemin ?
- Certains diront cela... Je voulais retrouver la lumière mais ce sont les ténèbres qui n'ont sauvées. Dans le ventre de la terre ce trouvait une chose qui m'attendait car elle avait un message à délivrer au monde. Un message tut depuis trop longtemps. Et il y avait aussi un allié très puissant qui, lorsqu'il compris mes desseins, m'offrit sa force...

Ilyash s'arreta, son regard toujours dans celui d'Arkétos. Et une flamme y brulait.

- Tu veux voir le cadeau qu'il m'a fait ? Fit elle le visage déformé par un rictus terrifiant

Le jeune homme compris alors ce que sa curiosité allait lui couter. Il se leva en un bon, ses muscles tendus couvert d'une sueur froide, et saisit sa longue épée. C'était un militaire, entrainé et considéré par tous comme faisant parti des meilleurs. Sa rapidité et sa dextérité étaient déja louée par tous ceux qui l'avaient vu se battre. Mais a vingt ans à peine, il n'aurait pas l'occasion de devenir une légende.

Un souffle brûlant caressa son dos. Il se retourna juste a temps pour voir la belle et athlétique stygienne dont les caresses étaient si douces se transformer en un monstre hideux aux muscles brillants. Un monstre dont le visage était masqué par un casque de chair. On ne pouvait voir ses yeux, ces fenêtres de l'âme mais peu importait, car cette créature n'en avait pas.

Ilyash abatis son épée sur le crâne d'Atkétos avant que celui-ci ait pu l'éviter et le fendit du crâne à la taille.

Elle resta ainsi un long moment a regarder cet amas de chair qui avait été un corps avec une âme quelques minutes auparavant. La force du démon quitta son corps et elle savoura l'air frais du matin qui casserait sa peau nue. Puis elle s'habilla et, avant de passer le seuil de la porte elle se retourna et lança au cadavre comme s'il pouvait encore l'entendre :

- Tu as choisi ton chemin et tu as failli. Il en coûte toujours cher de me décevoir...

Et elle claqua la porte.

 


Prélude

Personne ne sût jamais d'où était venu cette enfant à la peau sombre, et personne ne le saurait jamais, même pas elle. Sa mère, Adélaine, la recueillit par un crépuscule glacé de l'hiver des pays du nord. Elle revenait tout juste de la grange quand elle vit cette petite silhouette complètement nue se détacher du brouillard à l'orée de la forêt. Elle accouru vers cette petite poupée noire qui ne devait pas avoir plus de trois ou quatre ans. Lorsqu'elle s'agenouilla devant elle, elle lui releva doucement le visage de sa main usée par le temps et le climat hostile, et quand leurs yeux se rencontrèrent, elle sût.

Adélaine ramena l'enfant dans sa maison, la nettoya, l'habilla, lui donna à manger. Et ce, malgré le fait que la petite fille n'eut jamais l'air d'avoir eut froid, ou faim. Cette nuit elle s'endormit contre son petit corps, l'enlaçant dans ses bras. Son enfant dormi du sommeil du juste cette nuit, et elle, pour la première fois depuis la mort de ses cinq enfants, de ses parents, de ses frères et soeurs, et de son mari, dormit enfin avec le coeur en paix.

Le lendemain, à l'annonce de cette arrivée étrange, le village entier entra en ébullition. Tous étaient partagés entre l'appréhension, le doute, la pitié, mais par dessus tout, la peur. Car les peuples du nord sont superstitieux et ont raison de l'être : tant de choses en ce monde relèvent de puissances étrangères aux hommes qu'ils ont, avec sagesse, appris à les respecter et à les craindre. Ainsi l'enfant fût présentée aux anciens du village. Ces derniers l'inspectèrent sans que celle-ci se débatte. Son regard était insondable mais franc, curieux et étrangement doux. Mais elle ne parla pas lorsqu'ils lui demandèrent d'où elle venait ou comment elle était arrivé là. Elle se contenta de les regarder dans les yeux et tous en ressentirent de la gène, sans qu'aucun sache vraiment pourquoi. Finalement, connaissant la tristesse qui habitait le coeur d'Adélaine depuis tant d'années et admettant que l'enfant ne semblait présenter aucun danger, ils l'admirent dans la communauté.

Les mois passèrent... La vieille femme s'occupait de ses bêtes, nourrissait la petite. Elle la baptisa Epherie du nom des fleurs des grottes qui n'épanouissent leurs pétales noirs qu'à l'entrée des grottes rituelles de son peuple. Quand elle l'appelait, elle répondait à ce nom, mais ne parlait toujours pas. Adélaine ne s'en souciait pas : elle avait à nouveau une raison de vivre, un petit être à protéger, et cela lui suffisait. Mais dans son coeur, elle savait, depuis ce premier regard, que si cette enfant était sa fille, elle ne lui appartiendrait jamais. Mais ainsi allaient toutes choses en ce monde. Au moins cela était une chose sûre, bien que douloureuse.

Epherie, pendant la première année de sa vie dans le village, ne sorti que très peu de la hutte de sa mère. Quand elle ne dormait pas, elle passait son temps à scruter l'horizon, la forêt d'où elle était venue, par la petite aération de l'habitation. Elle ne disait mot, elle ne levait pas son regard vers les autres. Elle était tournée vers son monde intérieur comme avait dit Adélaine répondant en souriant aux inquiétudes d'une sage et vieille femme du village.

Peu à peu, les gens oublièrent sa présence, ou du moins, pour les plus septiques d'entre eux, ne s'en inquiétèrent plus.

Partager
Dans la même catégorie
  • publié le 2012-03-18 12:38:02 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Dans une vie d'homme, le corps se souvient des blessures .... et des caresses. Tel l'esprit, empli de rêves et d'espoir, qui chez certains laissent place à l'aigreur ou aux désirs les plus noirs. C'est aussi pour cela que j'avais rejoint le Culte. Le maelstrom de sentiments en moi faisait de moi un homme nouveau, non plus uniquement guidé par une soif de sang pour ceux qui m'avaient tout ôté, non ... . J'étais à présent mu par une vengeance clairvoyante, bâtissant le chemin vers la ruine, celle des Hommes, celle de mes ennemis.
  • publié le 2012-03-18 12:33:59 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    "Prendre et donner mais frapper sans relâche ! ... Prendre et donner mais frapper sans relâche ! ... Prendre et ..."
    Cette injonction raisonnait dans mon esprit à me rendre fou !
    Je me serrais la tête entre les mains pour me calmer mais aucune autre pensée ne pouvait s'y insinuer,
    si ce n'était la douleur qui irradiait doucement depuis la nuque jusqu'au plus profond de mes méninges.

    Le concret, le physique, la douleur voilà à quoi me rattacher : sur quoi mon pauvre corps amaigri reposait-il ?
    Ces petites graines d'un blanc trop parfait : du sable de sorcier ?
    Non impossible les sorciers ne faisait plus partie
    de notre continent à nous autres Aquiloniens depuis des siècles !
    Ca y est, sans m'en rendre compte mes pensées se remettaient en place ...
  • publié le 2012-03-18 12:32:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La nuit est sombre sur Tarantia ce soir là. Un mince rayon de lune éclaire à peine la ville, calme, endormie. Les pas réguliers des rondes des gardes résonnent étrangement dans les rues. Les avenues sont éclairées par des torches, mais les ruelles restent sombres, mystérieuses. Heureusement, ce n'est pas comme à Khemi. Il est déjà allé dans la cité stygienne, mais ici, c'est bien plus sur que là bas. Déjà il n'y a pas tous ces satanés serpents.
  • publié le 2012-03-18 12:24:31 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Ce qui avait été promis devait être accompli. Ainsi était la parole du haut Dynaste et faisant écho au courage des Zélotes, qui n'en méritaient pas moins ! Ainsi, un soir d'été, alors que l'humidité du Marais du Lotus pourpre se faisait oppressante, une petite troupe de Zélote parti en éclaireur dans les terres du Sud de la Stygie, afin de faire couler le sang des nouveaux ennemis qui s'étaient levé contre les peuples libres : la Brigade et leurs alliés.
  • publié le 2012-03-18 12:21:00 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Alors comme ça, tu veux connaître mon histoire ? Etrange idée, mais nous vivons dans un monde étrange… Enfin, si tu le souhaite, je vais t’apprendre ce que nul homme, femme ou créature vivante ne sait. En effet j’ai toujours fait attention à effacer les traces derrière moi. Mais tu doit le savoir, non ?

    Peu importe comment je me nomme réellement, tout le monde m’appelle Shindranel. Tu as déjà dû te rendre compte que ce n’est pas un nom qu’on prononce à la légère. Glisse le à un passant, et observe son regard d’effroi avant qu’il ne te tourne le dos. Je suis assez connus ici… et surtout craint…
  • publié le 2012-03-18 12:17:02 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    J'ouvre les yeux... je ne sais pas qui je suis, où je suis et ce que je fais là... Tout ce que je vois ce ne sont que des mélanges de rose et de rouge. Ce que j'entends est indistinct, des sons étranges et un battement de coeur, mon corps est tout engourdi et je n'arrive pas à voir mes membres ou toute autre partie de mon corps...

    Je devrais fermer les yeux et m'endormir mais je refuse, cette voix caverneuse me fait peur... Elle me parle et me dit des choses inavouables, elle me fait peur... Elle se veut protectrice me promet des choses comme puissance, richesse, connaissance et fin du monde... .
  • publié le 2012-03-18 12:13:13 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Une légère brise souffle sur un corps entièrement nu et échoué, gisant au bord d’une plage non loin des jungles environnantes de Tortage. Un homme maigre à la peau noire, recouvert petit à petit par le sable tournoyant selon le doux vent qui régnait. Le visage dans le sable, l’homme reste inerte, mort. Mort ? Peut-être pas.
  • publié le 2012-03-18 12:10:23 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Encore une fois, la nuit fut longue pour les Zélotes. Réunis par la volonté d'Ilyash aux monts Eiglophiens, Mull, Skorn, Ilyash et Hérèkiath s'étaient donné rendez-vous, à la nuit tombée, près du relais de chasse qui offrait un refuge avant la dernière ascension de ces montagnes.

    Leurs pas faisant crisser la neige, les membres du Culte présentèrent leur hommages à la Stygienne tout en préparant leurs équipements. Ils savaient pourquoi ils étaient ici ce soir mais malheureusement les autres Zélotes n'avaient pu être présents.
  • publié le 2012-03-18 12:07:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Membres du culte, officiants et Zélotes,

    La terre a parlé hier soir. Sur l'ïle des sables blancs, le Culte a demandé de nous réunir pour une raison à la fois mystérieuse et tentatrice. Alors que la journée se mourrait, nous regardions l'astre disparaître peu à peu, en priant secrètement pour que cela ne soit pas la dernière fois que ses rayons illuminaient cette Terre.
  • publié le 2012-03-18 12:02:36 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    L'odeur de l'orage. Cette senteur si caractéristique, si forte, si… envoûtante. Le ciel gris sombre, teinté de violet, et le vent qui se lève, repoussant vers le désert d'énormes masses de sable qu'un autre courant d'air a mis tant de temps à amasser ici. Les nuages s'assombrissent encore, la chaleur et la pression s'ajoutent au vent chargé de poussière afin d'accabler encore plus une respiration déjà difficile. L'air semble de plomb, du sol jusqu'au plafond noir pas si haut au dessus des têtes.
  • publié le 2012-03-18 11:59:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    J'écris ces quelques mots pour ne pas oublier, pour ne plus oublier. Imaginez mon état, moi qui ne suis plus relié à mon passé que par ce journal, mes écrits. Le fil de mon destin suit ainsi les traces de ma plume, bénie soit celle qui m'a appris l'art de l'écrit.
  • publié le 2012-03-18 11:56:31 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Mes pas m'ont guidé jusqu'au Poitain. Enfin ! J'ai cherché un guide pour me rendre jusqu'à cette terre pendant bien des lunes mais c'est maintenant fait et j'ai pu découvrir cette terre dont on m'avait tant parlé.
  • publié le 2012-03-18 11:51:14 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Au fond d'une cale humide et mal-odorante, un stygien a demi mort de faim et de fatigue git avec quelques compagnons d'infortune. Mais lui seul possède cette lueur dans les yeux et affiche un ersatz de sourire... .
  • publié le 2012-03-18 11:48:19 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Une dague, souillée. Non, un long couteau. Noir, recourbé à l'extrémité, légèrement dentelé sur le côté. Noir du sang séché. Maintes et maintes fois il a plongé dans le sang naguère si rouge des vierges. Le Prêtre s'en saisit, les disciples marmonnent un chant, exaltant, sourd. La jeune fille, frêle, pâle, nue, observe d'un œil morne le prêtre au dessus d'elle. Elle ne se débat pas, ne montre aucune peur. Droguée sans doute. Est-elle encore vierge ? Seul le Prêtre le sait après tout, c'est lui qui a passé les derniers instants avec elle. Le sang qui la souille pourrait être le sien, ou les traces des centaines d'autres qui l'ont précédée sur cet autel. Qu'importe, personne ne se pose la question, tous occupés qu'ils sont à psalmodier, ou à se délecter du corps dévêtu offert à eux. Pas tout à fait offert d'ailleurs, il est encore vivant ce corps. Peut-être pourront ils l'utiliser, après. Pour assouvir leurs bas instincts… Pour le moment, c'est leur cruauté qui est assouvie.
  • publié le 2012-03-18 11:45:13 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La province Aquilonienne n'avait jamais été une terre uniquement foulée par des hommes de paix. Le serait elle un jour ? Je ne crois pas puisque la Ruine sera bientôt sur nous. Mais néanmoins, si les créatures et bêtes sauvages peuvent être tués ou chassés, si les brigands pendent bien au bout d'une corde, il est, dans les terres de Zelata, un endroit où des dangers sont bien plus grands que toutes ces menaces réunies.
  • publié le 2012-03-18 11:42:05 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of conan

    Des hommes, des murs de terre… De la poussière. Du sang séché par endroits. Khemi-la-Noire. Des écailles qui crissent. Des cris, des étals, des senteurs exotiques, étranges, familières. Le marché. Des serpents, beaucoup de serpents. Des mendiants, des ivrognes. Des prêtres exaltés. Des bourses qu'on passe de main en main. Des dialogues chuchotés dans une ruelle sombre. Une dague qui se glisse entre deux omoplates. Un cri étouffé. Le silence à nouveau. Des pas qui soulèvent la poussière. L'auberge, enfin. Des portes défilent, il en choisit une. La porte s'entrouvre doucement. Une langue fourchue lancée en avant. Un éclair fuse, repoussant le nez du serpent inopportun.
  • publié le 2012-03-18 11:38:19 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Les ténèbres emplissaient mon esprit, je ne savais plus qui j’étais. L’eau glacée m’entourait de toute part. Je sombrais dans les profondeurs glacées. C’est alors que l’Esprit Très Ancien vint à moi, me remontant des ténèbres abyssales et me sauvant de la mort. Pénétrant mon esprit, il s’adressa à moi.
  • publié le 2012-03-18 11:32:34 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    L'aube allait se lever dans quelques heures et déjà les oiseaux s'agitaient dans les arbres : une belle journée s'annonçait sur les terres sauvages de Zelata.

    La femme qui se tenait à la fenêtre en regardant l'horizon était cependant bien étrangère à ces lieux. Quelques goutes de sueur luisaient sur sa peau sombre, et ses cheveux crépus, plus noirs que la nuit, étaient tressés à la mode des gens de Stygie.
  • publié le 2012-03-18 11:22:34 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    De nombreux jours se sont écoulés et la Ruine n'est toujours pas venu fracasser les portes de l'Hydre, notre bastion. Ainsi, sur les hauteurs de Berceruine, en plein milieu du marais du Lotus pourpre, les Zélotes se regroupaient pour voir le soleil se coucher.
  • publié le 2012-03-18 11:12:30 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La cité est en feux. Les cris commencent à prendre une note aigue à mesure que la chaleur et la flamme caresse la peau de mes ennemis. Tous, ont été enfermé dans ce grand Hall, et ce n'est pas la joie qui les fait crépiter, mais un enfer de torture que j'ai moi même refermé sur eux. J'ai fait installer mon campement près des portes de la ville pour pouvoir profiter du feu, réchauffant ma chair lasse d'avoir tant recherché, et finalement trouvé mes proies.
  • publié le 2012-03-18 11:08:35 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Enfin je revoyais l'Aquilonie, terre qui avait vu ma naissance et Tesso qui était un peu plus au sud de l'endroit où j'avais grandi, d'après ce qui était écrit dans mon journal. Mais finalement, le flou qui brouillait mes souvenirs semblaient m'indiquer que je connaissais cette terre, cet air, ce ciel.
  • publié le 2012-03-18 11:05:50 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La nuit fut longue, et la terre boueuse des marais du Lotus pourpre se souviendra de nos coups de pioche, de nos pelles et de nos cordes, dressant vers le ciel les murs et colonnes de pierre et de bois de notre nouvelle cité.
  • publié le 2012-03-18 10:53:57 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    En suivant ce guide vers la vallée de Conall, jamais je n'aurais pensé voir de tels paysages. Les montagnes n'avaient pas le charge du désert de Stygie, mais dans ces moments là, face à ces paysages enneigés et acérés de monts et de vallées profondes, on peut se sentir insignifiant, mais en vie !
  • publié le 2012-03-18 10:48:36 by
    Le Culte du VIIème Empire

    Certaines choses nous ont été retirées, d'autres nous sont imposées. Il en est de même pour ma mémoire. Les Dieux sont ils si pervers pour imposer aux Hommes des épreuves comme nous avons pu les vivre en Stygie, lors de notre exploration du Château noir ? Maudits soient ils, mais si ces Dieux se moquent de nous, les Enfers sont par contre très sérieux, de par leur engeance, que nous avons affronté là bas ....
  • publié le 2012-03-05 00:23:13 by
    Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Retrouvez la présentation d'Aymeric, barbare issu de Cimméria et membre du Culte du VIIème Empire.
  • publié le 2012-03-05 00:13:49 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Les intrigues continuent de se tisser à Tarantia la Vieille, grande cité où règne le roi Conan. Le Culte du VIIème empire continue de résister à ceux qui veulent s'opposer à leur marche vers l'ère nouvelle.
  • publié le 2012-03-02 10:49:05 by
    Age of Conan

    Retour vers l'Hyborie, sur Age of Conan, où Hérèkiath et Skorn eurent à s'assurer que le Culte n'avait pas été infiltré par les adeptes de Derketo. S'occuper de la Prédicatrice Ilyash était le premier pas, mais aussi le plus difficile, afin de s'assurer qu'elle n'était pas manipulée sans même le savoir.
  • publié le 2012-03-02 10:44:59 by
    Age of Conan

    Revenons sur la présentation du Culte du VIIème Empire, une guilde Kayleryns sur Age of Conan (serveur Stygia). Comment étaient recrutés les Zélotes du culte, quels étaient leurs points de vue quant à l'avènement d'une nouvelle ère ? Voilà un texte que nous avons longtemps utilisé pour présenter ce culte aux aventuriers d'Hyborie.