Nigla, la Révélation

Par Greathebusman, créé le : 2012-03-18 11:48:19
et modifié la dernière fois le : 2013-04-02 23:05:51
Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan Une dague, souillée. Non, un long couteau. Noir, recourbé à l'extrémité, légèrement dentelé sur le côté. Noir du sang séché. Maintes et maintes fois il a plongé dans le sang naguère si rouge des vierges. Le Prêtre s'en saisit, les disciples marmonnent un chant, exaltant, sourd. La jeune fille, frêle, pâle, nue, observe d'un œil morne le prêtre au dessus d'elle. Elle ne se débat pas, ne montre aucune peur. Droguée sans doute. Est-elle encore vierge ? Seul le Prêtre le sait après tout, c'est lui qui a passé les derniers instants avec elle. Le sang qui la souille pourrait être le sien, ou les traces des centaines d'autres qui l'ont précédée sur cet autel. Qu'importe, personne ne se pose la question, tous occupés qu'ils sont à psalmodier, ou à se délecter du corps dévêtu offert à eux. Pas tout à fait offert d'ailleurs, il est encore vivant ce corps. Peut-être pourront ils l'utiliser, après. Pour assouvir leurs bas instincts… Pour le moment, c'est leur cruauté qui est assouvie.

Une dague, souillée. Non, un long couteau. Noir, recourbé à l'extrémité, légèrement dentelé sur le côté. Noir du sang séché. Maintes et maintes fois il a plongé dans le sang naguère si rouge des vierges. Le Prêtre s'en saisit, les disciples marmonnent un chant, exaltant, sourd. La jeune fille, frêle, pâle, nue, observe d'un œil morne le prêtre au dessus d'elle. Elle ne se débat pas, ne montre aucune peur. Droguée sans doute. Est-elle encore vierge ? Seul le Prêtre le sait après tout, c'est lui qui a passé les derniers instants avec elle. Le sang qui la souille pourrait être le sien, ou les traces des centaines d'autres qui l'ont précédée sur cet autel. Qu'importe, personne ne se pose la question, tous occupés qu'ils sont à psalmodier, ou à se délecter du corps dévêtu offert à eux. Pas tout à fait offert d'ailleurs, il est encore vivant ce corps. Peut-être pourront ils l'utiliser, après. Pour assouvir leurs bas instincts… Pour le moment, c'est leur cruauté qui est assouvie.

La Femme est là, derrière le Prêtre, un peu en retrait. Elle observe. Elle observe cette esclave qu'elle a donnée au Prêtre, offrande à Set. Elle observe ces hommes, du plus jeune, agenouillés près de l'autel, qui ouvre de grands yeux sur un spectacle qu'il n'aurait pas du voir avant plusieurs années, au plus vieux, vieillard pervers au regard torve, qui esquisse un geste pour effleurer la jeune fille, bien vite réprimé à la vue du regard courroucé lancé par le Prêtre. La fille vivante est pour Set, et lui seul ! Le corps sans vie ne l'intéresse pas, mais pour le moment, il est défendu d'y toucher, à part avec le couteau rituel.

Ce couteau noir, qui descend, lentement, au rythme du chant grave. La Femme regarde toujours la scène, espérant voir là ce qui lui permettrait d'avoir encore plus de pouvoir. Déjà Set l'apprécie, et tous le savent. Crainte dans tout le temple, et dans toute la partie de la ville assez avisée pour la connaître. Bien sur, dans le bas quartier, les mendiants aussi la craignent, mais là bas c'est différent, ils craignent tout le monde, même leurs semblables.

Elle est là à regarder, pour être sure que le rituel se passe bien. Certaines rumeurs circulent, disant que certains sacrifices sont faussés, les prêtres et les disciples voulant profiter de la chair encore chaude, plutôt que de garder la virginité primale pour le Dieu Serpent. Celle là, pas question qu'ils la touchent avant qu'elle soit froide !

Oh elle en a détourné, des vierges destinées au sacrifice, les vendant pour la dernière nuit à un riche marchand, bien sur c'est arrivé. Elles valent tellement plus pures et vivantes que souillées et mortes. Mais celle là, pas question. Celle là, c'est pour sa gloire à elle, son intérêt personnel.

Elle soupire un instant. Le couteau s'arrête, le Prêtre se retourne, lentement, les bras paralysés, les yeux emplis de crainte. Peur qu'on lui retire son plaisir ? Peur de déplaire à la favorite de Set ? Il est vrai que sa colère est prompte, et souvent sans pitié. Mais heureusement, elle lui adresse un petit geste de la main, rapide, lui faisant signe de continuer. Il reprend, soulagé.

Au rythme de la litanie, le couteau enfin touche la chair frémissante. Le chant s'arrête, le silence se fait, l'air est brûlant, en suspension dans les poumons. Une incision au bas ventre, ancien reste d'une procédure visant à vérifier l'intégrité de l'offrande. A présent geste de cruauté gratuite, plus personne ne vérifie rien. La déchirure provoquée par l'arme dentelée provoque enfin une réaction chez la victime. Ses yeux s'ouvrent, ses pupilles se dilatent, on y lit un regard horrifié. Horrifiée d'être prisonnière d'un corps qui ne répond plus, subissant toujours la douleur sans pouvoir se débattre. Un faible râle se fait entendre, mélange du cri esquissé par la malheureuse, et peut être du soupir de jouissance de certains adeptes.

Le Prêtre remonte alors les yeux vers la poitrine, se délectant du spectacle. Le couteau s'approche du cœur, et s'abat dans un craquement sur la cage thoracique. La douleur est tellement énorme que la sacrifiée pousse enfin un cri, malgré les muscles vocaux normalement aussi paralysés que le reste. Un cri puissant, aigu, qui se transforme en gargouillis à mesure que le Prêtre écarte les côtes pour atteindre le muscle cardiaque. Ayant dégagé les os et la chair sanguinolente, il le contemple un instant, puis d'un geste, l'extirpe de la cavité. Les yeux de la jeune fille fixent ce bout d'elle-même qui n'est plus à sa place, puis se révulsent, alors que le cerveau s'éteint, asphyxié.

Le Prêtre de Set lève le bras, brandissant le cœur de celle qui a été choisie comme offrande à son Dieu, alors que les prières stygiennes reprennent. Sentant la puissance affluer à mesure que le Dieu Serpent se délecte, la Femme s'en retourne et disparaît dans l'ombre, abandonnant le corps aux rêves lubriques des adeptes.

Partager
Dans la même catégorie
  • publié le 2012-03-18 12:38:02 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Dans une vie d'homme, le corps se souvient des blessures .... et des caresses. Tel l'esprit, empli de rêves et d'espoir, qui chez certains laissent place à l'aigreur ou aux désirs les plus noirs. C'est aussi pour cela que j'avais rejoint le Culte. Le maelstrom de sentiments en moi faisait de moi un homme nouveau, non plus uniquement guidé par une soif de sang pour ceux qui m'avaient tout ôté, non ... . J'étais à présent mu par une vengeance clairvoyante, bâtissant le chemin vers la ruine, celle des Hommes, celle de mes ennemis.
  • publié le 2012-03-18 12:33:59 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    "Prendre et donner mais frapper sans relâche ! ... Prendre et donner mais frapper sans relâche ! ... Prendre et ..."
    Cette injonction raisonnait dans mon esprit à me rendre fou !
    Je me serrais la tête entre les mains pour me calmer mais aucune autre pensée ne pouvait s'y insinuer,
    si ce n'était la douleur qui irradiait doucement depuis la nuque jusqu'au plus profond de mes méninges.

    Le concret, le physique, la douleur voilà à quoi me rattacher : sur quoi mon pauvre corps amaigri reposait-il ?
    Ces petites graines d'un blanc trop parfait : du sable de sorcier ?
    Non impossible les sorciers ne faisait plus partie
    de notre continent à nous autres Aquiloniens depuis des siècles !
    Ca y est, sans m'en rendre compte mes pensées se remettaient en place ...
  • publié le 2012-03-18 12:32:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La nuit est sombre sur Tarantia ce soir là. Un mince rayon de lune éclaire à peine la ville, calme, endormie. Les pas réguliers des rondes des gardes résonnent étrangement dans les rues. Les avenues sont éclairées par des torches, mais les ruelles restent sombres, mystérieuses. Heureusement, ce n'est pas comme à Khemi. Il est déjà allé dans la cité stygienne, mais ici, c'est bien plus sur que là bas. Déjà il n'y a pas tous ces satanés serpents.
  • publié le 2012-03-18 12:24:31 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Ce qui avait été promis devait être accompli. Ainsi était la parole du haut Dynaste et faisant écho au courage des Zélotes, qui n'en méritaient pas moins ! Ainsi, un soir d'été, alors que l'humidité du Marais du Lotus pourpre se faisait oppressante, une petite troupe de Zélote parti en éclaireur dans les terres du Sud de la Stygie, afin de faire couler le sang des nouveaux ennemis qui s'étaient levé contre les peuples libres : la Brigade et leurs alliés.
  • publié le 2012-03-18 12:21:00 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Alors comme ça, tu veux connaître mon histoire ? Etrange idée, mais nous vivons dans un monde étrange… Enfin, si tu le souhaite, je vais t’apprendre ce que nul homme, femme ou créature vivante ne sait. En effet j’ai toujours fait attention à effacer les traces derrière moi. Mais tu doit le savoir, non ?

    Peu importe comment je me nomme réellement, tout le monde m’appelle Shindranel. Tu as déjà dû te rendre compte que ce n’est pas un nom qu’on prononce à la légère. Glisse le à un passant, et observe son regard d’effroi avant qu’il ne te tourne le dos. Je suis assez connus ici… et surtout craint…
  • publié le 2012-03-18 12:17:02 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    J'ouvre les yeux... je ne sais pas qui je suis, où je suis et ce que je fais là... Tout ce que je vois ce ne sont que des mélanges de rose et de rouge. Ce que j'entends est indistinct, des sons étranges et un battement de coeur, mon corps est tout engourdi et je n'arrive pas à voir mes membres ou toute autre partie de mon corps...

    Je devrais fermer les yeux et m'endormir mais je refuse, cette voix caverneuse me fait peur... Elle me parle et me dit des choses inavouables, elle me fait peur... Elle se veut protectrice me promet des choses comme puissance, richesse, connaissance et fin du monde... .
  • publié le 2012-03-18 12:13:13 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Une légère brise souffle sur un corps entièrement nu et échoué, gisant au bord d’une plage non loin des jungles environnantes de Tortage. Un homme maigre à la peau noire, recouvert petit à petit par le sable tournoyant selon le doux vent qui régnait. Le visage dans le sable, l’homme reste inerte, mort. Mort ? Peut-être pas.
  • publié le 2012-03-18 12:10:23 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Encore une fois, la nuit fut longue pour les Zélotes. Réunis par la volonté d'Ilyash aux monts Eiglophiens, Mull, Skorn, Ilyash et Hérèkiath s'étaient donné rendez-vous, à la nuit tombée, près du relais de chasse qui offrait un refuge avant la dernière ascension de ces montagnes.

    Leurs pas faisant crisser la neige, les membres du Culte présentèrent leur hommages à la Stygienne tout en préparant leurs équipements. Ils savaient pourquoi ils étaient ici ce soir mais malheureusement les autres Zélotes n'avaient pu être présents.
  • publié le 2012-03-18 12:07:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Membres du culte, officiants et Zélotes,

    La terre a parlé hier soir. Sur l'ïle des sables blancs, le Culte a demandé de nous réunir pour une raison à la fois mystérieuse et tentatrice. Alors que la journée se mourrait, nous regardions l'astre disparaître peu à peu, en priant secrètement pour que cela ne soit pas la dernière fois que ses rayons illuminaient cette Terre.
  • publié le 2012-03-18 12:02:36 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    L'odeur de l'orage. Cette senteur si caractéristique, si forte, si… envoûtante. Le ciel gris sombre, teinté de violet, et le vent qui se lève, repoussant vers le désert d'énormes masses de sable qu'un autre courant d'air a mis tant de temps à amasser ici. Les nuages s'assombrissent encore, la chaleur et la pression s'ajoutent au vent chargé de poussière afin d'accabler encore plus une respiration déjà difficile. L'air semble de plomb, du sol jusqu'au plafond noir pas si haut au dessus des têtes.
  • publié le 2012-03-18 11:59:21 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    J'écris ces quelques mots pour ne pas oublier, pour ne plus oublier. Imaginez mon état, moi qui ne suis plus relié à mon passé que par ce journal, mes écrits. Le fil de mon destin suit ainsi les traces de ma plume, bénie soit celle qui m'a appris l'art de l'écrit.
  • publié le 2012-03-18 11:56:31 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Mes pas m'ont guidé jusqu'au Poitain. Enfin ! J'ai cherché un guide pour me rendre jusqu'à cette terre pendant bien des lunes mais c'est maintenant fait et j'ai pu découvrir cette terre dont on m'avait tant parlé.
  • publié le 2012-03-18 11:51:14 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Au fond d'une cale humide et mal-odorante, un stygien a demi mort de faim et de fatigue git avec quelques compagnons d'infortune. Mais lui seul possède cette lueur dans les yeux et affiche un ersatz de sourire... .
  • publié le 2012-03-18 11:48:19 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Une dague, souillée. Non, un long couteau. Noir, recourbé à l'extrémité, légèrement dentelé sur le côté. Noir du sang séché. Maintes et maintes fois il a plongé dans le sang naguère si rouge des vierges. Le Prêtre s'en saisit, les disciples marmonnent un chant, exaltant, sourd. La jeune fille, frêle, pâle, nue, observe d'un œil morne le prêtre au dessus d'elle. Elle ne se débat pas, ne montre aucune peur. Droguée sans doute. Est-elle encore vierge ? Seul le Prêtre le sait après tout, c'est lui qui a passé les derniers instants avec elle. Le sang qui la souille pourrait être le sien, ou les traces des centaines d'autres qui l'ont précédée sur cet autel. Qu'importe, personne ne se pose la question, tous occupés qu'ils sont à psalmodier, ou à se délecter du corps dévêtu offert à eux. Pas tout à fait offert d'ailleurs, il est encore vivant ce corps. Peut-être pourront ils l'utiliser, après. Pour assouvir leurs bas instincts… Pour le moment, c'est leur cruauté qui est assouvie.
  • publié le 2012-03-18 11:45:13 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La province Aquilonienne n'avait jamais été une terre uniquement foulée par des hommes de paix. Le serait elle un jour ? Je ne crois pas puisque la Ruine sera bientôt sur nous. Mais néanmoins, si les créatures et bêtes sauvages peuvent être tués ou chassés, si les brigands pendent bien au bout d'une corde, il est, dans les terres de Zelata, un endroit où des dangers sont bien plus grands que toutes ces menaces réunies.
  • publié le 2012-03-18 11:42:05 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of conan

    Des hommes, des murs de terre… De la poussière. Du sang séché par endroits. Khemi-la-Noire. Des écailles qui crissent. Des cris, des étals, des senteurs exotiques, étranges, familières. Le marché. Des serpents, beaucoup de serpents. Des mendiants, des ivrognes. Des prêtres exaltés. Des bourses qu'on passe de main en main. Des dialogues chuchotés dans une ruelle sombre. Une dague qui se glisse entre deux omoplates. Un cri étouffé. Le silence à nouveau. Des pas qui soulèvent la poussière. L'auberge, enfin. Des portes défilent, il en choisit une. La porte s'entrouvre doucement. Une langue fourchue lancée en avant. Un éclair fuse, repoussant le nez du serpent inopportun.
  • publié le 2012-03-18 11:38:19 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Les ténèbres emplissaient mon esprit, je ne savais plus qui j’étais. L’eau glacée m’entourait de toute part. Je sombrais dans les profondeurs glacées. C’est alors que l’Esprit Très Ancien vint à moi, me remontant des ténèbres abyssales et me sauvant de la mort. Pénétrant mon esprit, il s’adressa à moi.
  • publié le 2012-03-18 11:32:34 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    L'aube allait se lever dans quelques heures et déjà les oiseaux s'agitaient dans les arbres : une belle journée s'annonçait sur les terres sauvages de Zelata.

    La femme qui se tenait à la fenêtre en regardant l'horizon était cependant bien étrangère à ces lieux. Quelques goutes de sueur luisaient sur sa peau sombre, et ses cheveux crépus, plus noirs que la nuit, étaient tressés à la mode des gens de Stygie.
  • publié le 2012-03-18 11:22:34 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    De nombreux jours se sont écoulés et la Ruine n'est toujours pas venu fracasser les portes de l'Hydre, notre bastion. Ainsi, sur les hauteurs de Berceruine, en plein milieu du marais du Lotus pourpre, les Zélotes se regroupaient pour voir le soleil se coucher.
  • publié le 2012-03-18 11:12:30 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La cité est en feux. Les cris commencent à prendre une note aigue à mesure que la chaleur et la flamme caresse la peau de mes ennemis. Tous, ont été enfermé dans ce grand Hall, et ce n'est pas la joie qui les fait crépiter, mais un enfer de torture que j'ai moi même refermé sur eux. J'ai fait installer mon campement près des portes de la ville pour pouvoir profiter du feu, réchauffant ma chair lasse d'avoir tant recherché, et finalement trouvé mes proies.
  • publié le 2012-03-18 11:08:35 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Enfin je revoyais l'Aquilonie, terre qui avait vu ma naissance et Tesso qui était un peu plus au sud de l'endroit où j'avais grandi, d'après ce qui était écrit dans mon journal. Mais finalement, le flou qui brouillait mes souvenirs semblaient m'indiquer que je connaissais cette terre, cet air, ce ciel.
  • publié le 2012-03-18 11:05:50 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    La nuit fut longue, et la terre boueuse des marais du Lotus pourpre se souviendra de nos coups de pioche, de nos pelles et de nos cordes, dressant vers le ciel les murs et colonnes de pierre et de bois de notre nouvelle cité.
  • publié le 2012-03-18 10:53:57 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    En suivant ce guide vers la vallée de Conall, jamais je n'aurais pensé voir de tels paysages. Les montagnes n'avaient pas le charge du désert de Stygie, mais dans ces moments là, face à ces paysages enneigés et acérés de monts et de vallées profondes, on peut se sentir insignifiant, mais en vie !
  • publié le 2012-03-18 10:48:36 by
    Le Culte du VIIème Empire

    Certaines choses nous ont été retirées, d'autres nous sont imposées. Il en est de même pour ma mémoire. Les Dieux sont ils si pervers pour imposer aux Hommes des épreuves comme nous avons pu les vivre en Stygie, lors de notre exploration du Château noir ? Maudits soient ils, mais si ces Dieux se moquent de nous, les Enfers sont par contre très sérieux, de par leur engeance, que nous avons affronté là bas ....
  • publié le 2012-03-05 00:23:13 by
    Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Retrouvez la présentation d'Aymeric, barbare issu de Cimméria et membre du Culte du VIIème Empire.
  • publié le 2012-03-05 00:13:49 by
    Le Culte du VIIème Empire, Age of Conan

    Les intrigues continuent de se tisser à Tarantia la Vieille, grande cité où règne le roi Conan. Le Culte du VIIème empire continue de résister à ceux qui veulent s'opposer à leur marche vers l'ère nouvelle.
  • publié le 2012-03-02 10:49:05 by
    Age of Conan

    Retour vers l'Hyborie, sur Age of Conan, où Hérèkiath et Skorn eurent à s'assurer que le Culte n'avait pas été infiltré par les adeptes de Derketo. S'occuper de la Prédicatrice Ilyash était le premier pas, mais aussi le plus difficile, afin de s'assurer qu'elle n'était pas manipulée sans même le savoir.
  • publié le 2012-03-02 10:44:59 by
    Age of Conan

    Revenons sur la présentation du Culte du VIIème Empire, une guilde Kayleryns sur Age of Conan (serveur Stygia). Comment étaient recrutés les Zélotes du culte, quels étaient leurs points de vue quant à l'avènement d'une nouvelle ère ? Voilà un texte que nous avons longtemps utilisé pour présenter ce culte aux aventuriers d'Hyborie.